Archives 2012 - 2013 - AMIA

M I A
A
A
Aller au contenu

Menu principal :

Niveau 1


Saisons 2012 - 2013
__________



 



Arias italiennes et Airs de cour français
_____________________________________

Marc Mauillon - Angélique Mauillon  

L’Italie du XVIIe siècle est un véritable laboratoire à ciel ouvert dans lequel s’élabore une nouvelle manière dont la voix soliste se fait le vecteur privilégié. Tournant le dos aux recherches de perfection mathématique des siècles précédents, les compositeurs s’attachent dorénavant à traduire au plus près les passions qui agitent le cœur des Hommes ; on peut dire qu’alors l’individu fait pleinement irruption dans la musique. A la même époque, en France, palais et salons bruissent d’un genre qui, à la théâtralité ultramontaine, préfère le raffinement et l’intimité : l’air de cour. Les textes ciselés sur lesquels on compose ces pièces sont en parfaite résonance avec la nostalgie pastorale des ouvrages à la mode, comme L’Astrée ou les poésies de Tristan L’Hermite.





 




A

 



Schubert - Klezmer
___________________________

Ensemble XVIII 21 - Le Baroque Nomade

L’ensemble XVIII-21 Le Baroque Nomade n’a pas son pareil pour mettre en lumière les rapports existant entre les répertoires savants occidentaux et ceux issus d’autres traditions. Il nous entraîne aujourd’hui dans la Vienne des premières décennies du XIXe siècle autour d’un concert impromptu qui réunirait Schubert et ses amis juifs dans une atmosphère chaleureuse et conviviale à laquelle chacun contribue en partageant les musiques qui lui sont chères, qui le Pâtre sur le Rocher, qui des morceaux traditionnels. Et finalement, la complicité s’accroissant, les voix et les notes s’échangent et se mêlent, chacune nourrissant l’autre de ses humeurs, de ses richesses.



 




A

 



Jean-Phillipe Rameau
__________________________

Françoise Lengellé  - Chiara Banchini - Marianne Muller  

Lorsque Rameau publie, en 1741, ses Pièces de clavecin en concert, il est déjà un compositeur au talent reconnu qui s’est illustré, parfois de façon polémique, dans les genres de la musique pour clavier seul, du grand motet, de la cantate, de la tragédie lyrique ou du ballet. Dans ce recueil, il ne peut s'empêcher d'innover, au rebours de la tradition violonistique italienne, en faisant s'émanciper le clavecin de son rôle d'accompagnement pour le conduire à dialoguer à égalité avec ses partenaires. Cette conception, qui a pour conséquence d’enrichir considérablement la palette sonore et expressive, place une nouvelle fois le frondeur Rameau à la pointe de la modernité de son temps.




 




A

 



Bach et ses fils
_____________________

Jacques-Antoines Bresch - Benjamin Steens  

Tel père, tels fils ? On pourrait presque légitimement se poser la question du caractère héréditaire du talent lorsque l’on écoute les œuvres des enfants de Johann Sebastian Bach. Se fondant sur un savoir-faire largement appris auprès de ce dernier, leur musique regarde pourtant vers des horizons nouveaux, d’un côté la sensibilité (Empfindsamkeit) de Wilhelm Friedemann et de Carl Philipp Emanuel qui mènera tout droit au romantisme, de l’autre la clarté de texture toute classique de Johann Christoph Friedrich. Ce programme de chambre faisant dialoguer flûte et clavicorde Ŕ instrument intime pour lequel Carl Philipp Emanuel avouait sa préférence Ŕ permet de mesurer cette part d’héritage et de nouveauté.



 




A

 



Musique du XIe au XVe siècles
_____________________________________
 
Ensemble Azalis

Les musiques du Moyen Âge sont une source d’émerveillement constant grâce à leur richesse presque inépuisable. Autour du Lai du Rossignol, animal emblématique de l’amour courtois, poème écrit par Marie de France dans la seconde moitié du XIIe siècle, ce programme permet d’effectuer un vaste tour d’horizon conduisant des chants ardents des troubadours et trouvères au raffinement d’une extraordinaire complexité de l’Ars subtilior, apparu dans les dernières années du XIVe siècle, en croisant également le plus doué des représentants de l’Ars Nova, l’amoureux et souvent mélancolique Guillaume de Machaut, mais aussi les saveurs populaires des musiques italiennes du Trecento.

 




A

 



Haendel
_________________

La Petite Bande - Sigiswald Keijken - Banjamin Alard

La popularité de Haendel n’a jamais connu d’éclipse depuis sa mort en 1759 et il est sans doute un des compositeurs du XVIIIe siècle les plus célébrés aujourd’hui, principalement pour la virtuosité et l’invention dont il fait preuve dans ses opéras, à tel point que l’on oublierait presque qu’il laisse aussi une importante et passionnante production instrumentale, où la rigueur germanique de la construction côtoie le charme tout italien des mélodies. Ce florilège concertant nous permet de retrouver La Petite Bande, fondée en 1972 par les frères Kuijken et le regretté Gustav Leonhardt, et le jeune Benjamin Alard, étoile montante des claviéristes baroques, comme un trait d’union entre riche passé et promesses d’avenir.


 




A

 



Un salon chez Diderot
_____________________________

Le Parlement de Musqiue - Olivier Achard

A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Diderot, cette mise en miroir d’extraits de la correspondance de l’écrivain et des musiques qu’il a pu entendre permet de pénétrer au cœur d’un temps, celui du règne de Louis XV, riche en nouveautés et en expérimentations. Sur fond de suprématie grandissante de la musique italienne, matérialisée par l’accession au statut d’instrument-roi du violon, et des affrontements qui en découlèrent avec la tradition française, cette période fut surtout celle où le goût fut érigé comme un nouveau critère de jugement esthétique ce dont, avec les commandes de Madame de Pompadour, les Salons de Diderot offrent une parfaite illustration.


 




A

 



Voyage au fil du temps
_____________________________________

Marta Kratochvilova - Jan Cizmar  

Cordes pincées et flûtes, c’est avec ce bagage léger mais bien sonnant que nous allons effectuer un voyage dans l’espace et dans le temps, de l’Espagne d’Alphonse X aux plaisirs célébrés sous les stucs dorés des palais rococo de Bohème, en passant par la Renaissance prodigue, suivant le nom que leur donnent les lieux, en chansons françaises, madrigaux italiens et ayres anglais, sans oublier les confidences ou la théâtralité propres d’un Baroque aux mille visages. Comme dans toute pérégrination, le voyageur fera également halte pour se recueillir dans l’ombre fraîche des églises où les grandes orgues lui donneront la force de poursuivre son chemin vers la prochaine étape de son tour de l’Europe musicale.


 




A

A M I A
BP 10251
67007 Strasbourg Cedex
06 05 35 83 04


Inscription à la lettre d'information
d
Licences:
N°2-1103252
N°3-1103253
Retourner au contenu | Retourner au menu